Primordial : la réalisation d'une étude de marché en amont

Vincent Lefrançois

Primordial  : la réalisation d'une étude de marché en amont

Même s'il ne s'agit que de théorie, la réalisation d'une étude de marché est nécessaire voire indispensable lorsque l'on souhaite se mettre à son compte. Cela permet de mieux cerner le marché que l'on vise, de connaître les besoins, les définir les difficultés rencontrées, d'estimer les possibilités de réussite...

Une étude de marché préalable à l'installation

Malgré le fait que le marché de la coiffure à domicile soit encore ouvert, donc potentiellement rentable, il est utile de faire l'étude de marché pour plusieurs raisons :

  • Connaître les possibilités de l'activité sur le plan financier : quels sont les gains possibles ?
  • Se préparer à aller sur le terrain en connaissant à l'avance les contraintes et difficultés existantes,
  • Se fixer des objectifs à atteindre en fonction du marché,
  • Mettre en place de solides actions commerciales pour se constituer une bonne clientèle,
  • Mieux cerner l'environnement professionnel dans lequel le professionnel évoluera et exercera son métier.

Faire une étude de marché : les étapes à respecter

  • La première étape : elle intègre une évaluation du potentiel du marché, aussi de l'activité. Il faut alors recueillir des données nationales et tout savoir de la concurrence, notamment locale. Tout ce qui est applicable à l'échelle nationale ne l'est pas forcément à l'échelle locale. Il existe des cas particuliers. Ainsi, la prudence est de rigueur dans les conclusions finales.
  • La deuxième étape : elle met en place une enquête directement sur le terrain. La prise de contact de se révèle nécessaire auprès des organisations professionnelles locales, de la Chambre des Métiers, des établissements collectifs pour connaître leurs besoins, des salons de coiffure...

Dans l'idéal, on questionne également les personnes autour de soi, les proches, les amis, les voisins, etc. Certains n'hésitent pas à interroger des coiffeuses à domicile déjà en activité, même si la mission s'avère périlleuse. Les résultats des enquêtes auprès des professionnels déjà en place doivent être pris avec des pincettes car la concurrence n'est pas du goût de tout le monde. En somme, il convient d'être très prudent après une étude de marché, car ses résultats ne garantissent pas forcément le succès ou au contraire, l'échec d'une structure. Elle s'avère simplement utile afin de mieux orienter les stratégies et actions à mener par le créateur d'entreprise.

Les éléments nécessaires à une étude de marché

L'un des éléments déterminants dans l'étude de marché de la coiffure à domicile repose sur l'évaluation et la caractérisation de la zone de chalandise où le professionnel souhaite exercer. L'étude doit donc mettre l'accent sur :

  • la zone de chalandise, ou autrement dit, la zone géographique d'influence d'où proviendra la majorité de la clientèle pour un service de coiffure à domicile,
  • la concurrence directe en place, avec détermination du nombre de coiffeuses à domicile exerçant dans la zone de chalandise,
  • le taux de pénétration de la coiffure à domicile dans la zone ciblée (sachant qu'il varie entre 5 et 15% de la population en fonction des zones),
  • le taux de fréquentation par an, ou autrement dit, le nombre de rendez-vous d'un client déjà fidélisé,
  • le prix moyen d'une prestation de coiffure à domicile.

Y a-t-il corrélation entre le nombre de salons et le potentiel de clients ?

La réponse est non ! Il ne faut donc pas forcément prendre en compte le nombre de salons de coiffure dans la zone d'exerce. En effet, des études ont démontré qu'il n'y avait aucune corrélation directe entre le nombre de salons de coiffure et le potentiel de clients pour un service de coiffure à domicile. Deux raisons majeures à cela :

  • les personnes âgées constituent une partie majoritaire de la clientèle de la coiffure à domicile. Il en est de même pour des personnes dépendantes ou celles qui n'aiment pas se déplacer en salon pour des raisons qui leur sont spécifiques.
  • beaucoup de clients n'hésitent pas à aller sur les deux terrains, en expérimentant à la fois, mais à des périodes différentes, la coiffure en salon et la coiffure à domicile. À titre illustratif, l'idéal serait d'exercer son activité de coiffeuse à domicile dans une zone qui compte moins d'un salon pour 800 habitants.

Nous recrutons 500 coiffeurs et coiffeuses en 2019 et 2020 !