Choisir le bon statut pour exercer le métier de coiffeuse à domicile

Vincent Lefrançois

Choisir le bon statut pour exercer le métier de coiffeuse à domicile

Le choix subsiste entre indépendance et salariat. Dans le premier cas, la simplification est de rigueur avec le choix d'un cadre juridique simple et flexible, sachant qu'il est possible d'évoluer plus tard.

Le bon statut : c'est lequel au final ?

Pour celle qui souhaite s'installer en tant que coiffeuse à domicile, elle doit faire une évaluation d'elle-même en se posant plusieurs questions :

  • Quelle est sa personnalité ? Préfère-t-elle travailler en collectivité ou de manière plus isolée ? Le travail administratif lui fait-il peur ou non ? Toutes ces questions permettent de mieux cerner sa personnalité et ses envies de travail, donc de l'orienter vers le salariat ou l'indépendant.
  • Quelles sont ses compétences, ses qualités, sa motivation, ses envies, sa capacité à gérer et à administrer une activité indépendante ? Attention : pour celle qui souhaite travailler en indépendant, il convient de déterminer avec soin son régime fiscal. L'inscription se fait au Répertoire des Métiers pour le régime du Réel Simplifié. L'accès à ce régime n'est pas possible pour l'auto-entrepreneur. Le micro régime est plus indiqué dans ce dernier cas sauf si l'entrepreneuse bénéficie d'une exonération des cotisations au début de son activité (on parle de l'ACCRE notamment).

Le changement de statut : facile ou pas ?

À tout moment, il est aisé de passer du statut d'auto-entrepreneur à celui d'artisan. Il suffit de faire une demande d'inscription au Répertoire des Métiers. Selon son choix, la coiffeuse peut être dispensée d'une obligation de suivi de stage en amont de la création d'une activité de type artisanal. À l'inverse, une coiffeuse inscrite en tant qu'artisan, ne peut accéder à l'auto-entreprise qu'une fois radiée du Répertoire des Métiers. Elle doit ensuite effectuer une nouvelle déclaration d'activité en dispense d'immatriculation. Toutefois, un tel changement n'est pas avantageux. Même si la coiffeuse n'est plus redevable de la taxe de la Chambre de Métiers, elle le sera pour ce qui est de la taxe CET, beaucoup plus coûteuse. De plus, elle ne bénéficiera plus des services offerts par la Chambre de Métiers.

Nous recrutons 500 coiffeurs et coiffeuses en 2019 et 2020 !